Skip to content

Comment conduire une moto : ce dont vous avez besoin pour démarrer

Le trafic urbain et les coûts d'entretien d'une voiture font que de plus en plus de gens pensent à acheter une moto. Comment le monter et quels accessoires acheter.

Comment conduire une moto : ce dont vous avez besoin pour démarrer

Comment conduire une moto : ce dont vous avez besoin pour démarrer

La circulation urbaine et les coûts d’entretien d’une voiture font que de plus en plus de gens pensent à acheter une moto. Comment le monter et quels accessoires acheter.

Quel que soit votre modèle ou la taille de votre moteur, la décision de monter sur une moto pour la première fois peut susciter des doutes mais aussi des craintes. Mais il suffit de regarder autour de soi pour se rendre compte que c’est quelque chose que beaucoup de gens font avec plaisir et facilité. Il suffit d’apprendre quelques techniques et de se lancer dans l’aventure. Nous vous expliquons comment conduire une moto afin que votre expérience soit enrichissante et sûre.

Apprendre à conduire une moto pas à pas

Il y a de nombreux points à prendre en compte pour apprendre à conduire une moto. La première chose est d’intégrer un système de circonscription et de connaître tous les éléments qui le composent. C’est la base et ce système implique : apprendre à démarrer le vélo, à freiner et à faire les changements. Ensuite, il est important d’intégrer une certaine connaissance des propriétés des motos qui vont être déterminantes pour rendre le tout agréable, la principale : se programmer pour être prudent et faire attention à ce qui se passe autour de soi.

Comment démarrer une moto

Les nouvelles motos n’ont plus besoin d’un “coup de pied” pour démarrer le moteur, comme c’était le cas il y a quelques années. Ils sont maintenant démarrés électriquement. Vous trouverez le bouton d’allumage sur le guidon, probablement du côté droit, et certains fonctionnent même comme les voitures modernes en tenant les clés dans votre poche et en appuyant sur le bouton de démarrage.

Sur la plupart des motos, pour démarrer, il faut mettre le commutateur d’allumage en position “on” et tourner la clé en position “on”. Vérifiez ensuite que la boîte de vitesses est au “point mort” (N). Enfin, vous devez appuyer sur le bouton de démarrage et, lorsque vous le faites, activer légèrement l’accélérateur, puis relâcher immédiatement le bouton d’allumage.

Certains vélos ont plus de mal à démarrer que d’autres (surtout à basse température), ne désespérez pas. Certaines motos sont équipées d’un démarreur automatique, et pour celles-ci, le démarrage n’est pas un problème. Mais la plupart d’entre eux ont un étrangleur manuel, un petit levier situé près du carburateur (où se termine le réservoir de carburant).

Avant de commencer votre voyage, et une fois que le moteur a atteint la bonne température, n’oubliez pas de soulever la jambe de force latérale.

Accélérateur, frein, embrayage et levier de vitesse : les commandes de base

Sur le guidon et les pédales, vous trouverez la plupart des commandes dont vous aurez besoin pour faire fonctionner le vélo. Voyons voir ce qu’ils sont :

  • Accélérateur : sur le côté droit du vélo se trouvent les accélérateurs et les freins. La procédure est très simple. Avec votre main droite, vous contrôlerez l’accélérateur. Il suffit de le tourner vers l’arrière pour en augmenter la vitesse.
  • Frein avant : il se trouve également sur le côté droit. Le frein est le levier (très similaire à celui d’un vélo) qui se trouve sur le guidon droit. Il permet de contrôler l’intensité du freinage en agissant sur la roue avant, où le poids est concentré lors du freinage. Au fur et à mesure que vous gagnerez en expérience, vous serez en mesure de savoir quelle force appliquer pour arrêter correctement le vélo.
  • Frein de roue arrière : il est également du côté droit mais il est actionné par le pied et agit en aidant à stopper l’inertie.
  • Embrayage : pour ceux qui connaissent peu la mécanique, cela peut paraître troublant, mais apprendre à faire du vélo avec un embrayage est facile. Tout comme le frein se trouve sur le levier de droite, le levier sur la poignée de gauche est l’embrayage, qui vous permet de contrôler la transmission de la puissance du moteur à la roue arrière. Cela implique que c’est la commande qui définit si la transmission de puissance a lieu ou non. Lorsque l’on appuie sur ce levier, l’embrayage se désengage et déconnecte le moteur de la transmission. Pour engager l’embrayage, vous devez le serrer puis le relâcher le plus doucement possible pendant que votre main droite accélère progressivement.
  • Boîtes de vitesses : la plupart des motocyclettes, sauf si elles sont automatiques ou électriques, ont une boîte de vitesses manuelle. Il est situé sur le côté gauche, tout comme les mécanismes d’embrayage. Le changement de vitesse sur une moto se fait en déplaçant le levier de vitesse vers le haut ou vers le bas avec le pied gauche.

Comment conduire une moto avec un embrayage

Maintenant que vous connaissez les différentes parties de la moto, il est important que vous appreniez à la démarrer. Tout d’abord, il existe deux types d’embrayage :

  • Changement d’embrayage : la plupart des motos sont équipées de ce système. Surtout les vélos à 125

    Apprendre à freiner une moto

    Bien que cela puisse paraître simple, le freinage est essentiel pour apprendre à conduire une moto. Il est important de savoir que le vélo s’arrête plus efficacement avec le frein avant et que le frein arrière aide. Pour vous arrêter, vous devez d’abord relâcher l’accélérateur (main droite) et actionner le frein avec la même main. Comme dans une voiture, vous utilisez votre pied droit pour accélérer et freiner, ce que vous ne pouvez en principe pas faire en même temps.

    Le freinage doit être effectué avec le pied droit et le moins incliné possible, car c’est ainsi qu’il fonctionne le mieux. Il n’est pas conseillé d’actionner le frein pendant que vous tournez, car vous pourriez tomber. Une chute très courante consiste à appliquer le frein avant dans un virage qui peut faire glisser la roue, surtout si la surface est glissante. Le frein arrière doit être appliqué progressivement pour ne pas bloquer et coucher l’arrière du vélo ; une autre chute assez courante.

    Une option dans une situation contrôlée est le frein de traction utilisant la boîte de vitesses traditionnelle (avec la semi-automatique, ce n’est pas recommandé). Dans ce contexte, il est pratique de descendre – sans trop forcer sur le moteur – et de se rendre à l’endroit de freinage souhaité en appliquant le dernier coup de frein avant et un peu de frein arrière pour équilibrer la moto. Ce dernier fait la queue du vélo pour ne pas trop monter et vous tirer vers l’avant.

    Si vous avez besoin d’un freinage d’urgence à grande vitesse, relâchez l’accélérateur, appuyez sur l’embrayage et actionnez toujours les deux freins en gardant la moto droite.

    Conseils pour conduire un

    • Attention : il est essentiel que vous conduisiez de manière très responsable et très prudente. Vous ne devez pas conduire en regardant la voiture qui vous précède, mais plutôt plusieurs devant vous pour anticiper ce qui se passera devant vous et qui vous affectera quelques secondes plus tard.
    • Se mettre dans une voie. Ne vous engagez pas dans une voie de circulation, car tout détour d’une autre voiture aurait un impact direct sur vous. Roulez comme une voiture, au milieu de la voie, mais gardez vos distances et soyez conscient que si le véhicule qui vous précède freine, le vélo mettra plus de temps à faire de même.
    • Les miroirs sont la clé. Vous devez également être conscient de ce qui se passe derrière vous et savoir qu’un conducteur distrait peut être mortel en vous frappant par derrière.
    • Si vous commencez tout juste à conduire, ne vous exposez pas à un trafic important. Familiarisez-vous d’abord avec le système de conduite, et lorsque vous serez plus confiant, conduisez de nombreux véhicules.
    • Si vous comptez l’utiliser pour vous rendre au travail, il est bon de choisir un itinéraire peu fréquenté. Gardez à l’esprit que moins vous êtes exposé à la circulation intense, moins vous risquez d’avoir un accident.

    Types de motos, types de conduite

    Bien qu’il existe des conseils qui peuvent s’appliquer à toutes les marques et à tous les modèles, il existe différents types de motos qui exigent des compétences différentes et sont plus ou moins lourdes ou complexes à conduire. Savoir lesquels sont les plus populaires peut vous aider à choisir celui qui vous convient le mieux et vous fait vous sentir en sécurité :

    • Scooter : ce sont les plus pratiques pour se déplacer dans la ville. Ils vous épargnent les tracas d’une boîte de vitesses, car vous n’avez qu’à vous asseoir, accélérer et freiner en conduisant dans la rue. Vous avez de nombreuses options, y compris le segment des maxi-scooters avec des moteurs allant jusqu’à 600 cm3.
    • Cruise : si vous cherchez un vélo pour partir en voyage, ces modèles sont idéaux pour parcourir des centaines de kilomètres en une journée sans inconvénient pour le conducteur ou le passager. Ils disposent d’un espace pour les bagages.
    • Urban : si l’idée d’un scooter pour se promener en ville ne vous convainc pas, alors cette moto de faible cylindrée (moins de 350 cc) peut être votre meilleur allié. C’est un moyen de transport confortable, efficace et à faible coût d’entretien, qui peut être adapté à différents usages.

    En général, ces modèles sont faciles à conduire et, avec un peu de pratique dans des endroits sans personnes ni circulation, vous pourrez rouler en toute sécurité. L’important est de tenir compte de la taille et du poids du véhicule et de savoir lequel est recommandé en fonction de votre taille. Il est suggéré que le cylindre soit bas afin que vous puissiez démarrer avec une moto de puissance modérée.

    Bien sûr, apprendre à monter un 150 n’est pas la même chose qu’apprendre à monter un 750.

    À quel âge peut-on conduire une moto en Argentine ?

    En Argentine, à partir de 16 ans, on peut conduire un cyclomoteur tant qu’on n’a pas de passagers. Cependant, vous aurez besoin de l’autorisation de vos parents pour obtenir votre licence. Un cyclomoteur est une moto qui a une cylindrée maximale de 50 centimètres cubes et ne peut pas aller plus loin

    • Casque : Le casque est l’élément le plus important de l’équipement d’un motocycliste. Il existe différentes options, différents modèles et différents prix. Elle doit être parfaitement fermée et ajustée. Son extérieur doit être très dur et lisse, avec des marquages rétro-réfléchissants. L’intérieur, en revanche, présente un remplissage à haute densité qui absorbe les chocs.
    • Gants : les gants de moto ne vous protégeront pas seulement du froid, mais vous donneront aussi une meilleure prise sur le guidon, ce qui vous permettra de gagner en sécurité.
    • Veste : pour rouler sans distractions, il faut être bien protégé du vent et du froid. Une bonne veste vous aidera à vous sentir à l’aise et donc à vous concentrer davantage sur une bonne conduite.

    Pour prendre soin de votre véhicule et prévenir les problèmes et/ou les accidents, il est important de le vérifier périodiquement. Vérifier les pneus, les roues, les commandes (levier de frein, pédales, accélérateur et câbles et tuyaux), les niveaux de liquide (huile), les feux (batterie, phare, feu de stop, clignotants, rétroviseurs, etc.) et les différentes parties du châssis (cadre, suspension, chaîne ou courroie, courroies et supports).

    N’oubliez pas de toujours respecter les limites de vitesse et de conduire prudemment, avec beaucoup d’attention et avec tous les accessoires de sécurité recommandés.